Les aides financières

                                         

Attention !!

Toutes les aides qui vous sont listées ci-dessous n’ont aucune obligation.

 La décision prise par la commission d’attribution applique ses propres règles.

 

Avant 60 ans :

 

     MDPH (maison départemental des personnes handicapées) 

 

Aide pour palier au handicap

  1. Aide pour déficience visuelle (prise en charge totale ou partielle de matériels adaptés : télé agrandisseur, logiciel de synthèse vocale, ordinateur, etc.) PCH* déficience visuelle
  2. Aide pour déficience auditive (prise en charge totale ou partielle de  prothèses auditives) ; PCH* déficience auditive.
  3. Auxiliaire de vie (soins de la personne)
  4. Aménagement de l’habitat (douche  italienne; rehaussement des toilettes, rampe ; élargissement des portes)  
  5. AAH (allocation adulte handicapé)
  6. Fonds départemental de compensation (aide à l’achat (prothèses auditives)  après réponse de la Mdph 

* PCH : prestation de compensation du handicap

     CPAM (caisse primaire d’assurance maladie)

  • Demande de prestations supplémentaires 
    1. Prothèses dentaires ; auditives, optiques
    2. Orthodontie
    3. Chambre particulière
    4. Forfait (supplément) hébergement cure thermale 
    5. séance de psychomotricité (enfant)
    6. fournitures diverses : Prothèse médicales, postiches,etc.

Vous vous trouvez dans une situation financière difficile et vous avez été hospitalisé. Voici les aides pouvant  être étudiées au titre de l'action sanitaire et sociale :

  1. - participation aux forfaits hospitaliers ;
  2. - ticket modérateur pour hospitalisation (prise en charge de la participation de l'assuré)
  3. - frais d’accompagnement d’un malade hospitalisé (participation aux frais de l’accompagnant lors de l’hospitalisation d’un malade).
  • L’aide à une complémentaire Santé (ACS) 

Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé concerne toutes les personnes dont les ressources sont faibles mais légèrement supérieures au plafond fixé par l’attribution de la couverture maladie universelle complémentaire.

L’Acs ouvre droit à une déduction sur votre cotisation auprès de votre complémentaire santé.

  • Ardh (aide au retour après hospitalisation)

La personne âgée peut bénéficier d’une participation financière de la Cpam dès sa sortie d’hospitalisation, à un plan d’aide personnalisé (ménage, course, linge, portage de repas) établi quelques jours avant la sortie par l’assistante sociale de l’établissement (maximum trois mois sur la base de 600 euros / mois)

  • Aides substantielles de votre mutuelle sous réserve de remboursement Cpam  

 

Après 60 ans

 

     MDPH :

  • Mêmes aides que les personnes en activités si reconnues avant l’âge de soixante ans
  • Aucunes aides de la MDPH  (reconnaissance après 60 ans), seules les demandes de cartes sont possibles.

     CPAM :

  • Demande de prestations supplémentaires 
    1. Prothèses dentaires ; auditives, optiques
    2. Orthodontie
    3. Chambre particulière
    4. Forfait (supplément) hébergement cure thermale 
    5. séance de psychomotricité (enfant)
    6. fournitures diverses : Prothèse médicales, postiches,etc.)
  • L’aide à une complémentaire Santé (ACS) 

Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé concerne toutes les personnes dont les ressources sont faibles mais légèrement supérieures au plafond fixé par l’attribution de la couverture maladie universelle complémentaire. L’Acs ouvre droit à une déduction sur votre cotisation auprès de votre complémentaire santé.

  • Ardh (aide au retour après hospitalisation)

La personne âgée peut bénéficier d’une participation financière de la Cpam dès sa sortie d’hospitalisation, à un plan d’aide personnalisé (ménage, course, linge, portage de repas) établi quelques jours avant la sortie par l’assistante sociale de l’établissement (maximum trois mois sur la base de 600 euros / mois)

  • Aides substantielles de votre mutuelle sous réserve de remboursement Cpam 

     CNAV : caisse nationale de l’assurance vieillesse

L'Assurance Retraite Ile-de-France attribue sous certaines conditions une aide financière pour soutenir le retraité devant faire face à des difficultés financières temporaires.

Cette aide est exceptionnelle et doit faire l'objet d'une enquête sociale.

Les demandes doivent être formulées auprès de la Cnav par l'intermédiaire d'un travailleur social (assistante sociale ou conseillère en économie sociale familiale).

Si vous rencontrez des difficultés financières, contactez l'assistant social polyvalent de secteur intervenant sur votre lieu de résidence (coordonnées auprès de votre mairie ou du centre d'action sanitaire et sociale de votre commune).

Dans le cadre du PAP, les prestations pouvant être prises en charge par l'Assurance Retraite en Ile-de-France sont :

  • ateliers Prévention des chutes
  • ateliers Prévention perte de mémoire
  • ateliers nutrition
  • les aides techniques (rehausseur, barre d'appui, …)
  • le transport accompagnement
  • l'aide psychologique
  • la consultation d'un ergothérapeute
  • l'aide administrative
  • l'installation et l'abonnement d'une téléassistance
  • le portage des repas
  • l'aide au ménage
  • l'aide à l'entretien du linge
  • l'aide ménagère à domicile
  • l'hébergement temporaire
  • les gros travaux ménagers

A qui s'adresse ce dispositif ?

Vous devez :

  • avoir au moins 55 ans et percevoir une retraite du régime général à titre principal (et/ou le conjoint, concubin ou partenaire pacsé sans aucune ressource) ;
  • résider en Ile-de-France ;
  • ne pas percevoir :
    • l'APA : allocation personnalisée autonomie
    • la PSD : prestation spécifique dépendance
    • l'ACTP : allocation compensatrice pour tierce personne
    • la PCH : prestation de compensation du handicap
    • la MTP : majoration pour tierce personne
  • présenter une légère perte d'autonomie (relevant du Groupe Iso Ressources 5 ou 6)

Toutes ces prestations d'aides au maintien à domicile peuvent être prises en charge partiellement par l'Assurance Retraite Ile-de-France dans le cadre d'un PAP limité à un plafond de dépenses.

Caisse nationale d'assurance vieillesse
Action Sociale
Service des aides individuelles     

 Les secours :

 L'Assurance retraite Île-de-France attribue sous certaines conditions une aide financière pour soutenir le retraité devant faire face à des difficultés financières temporaires. Cette aide est exceptionnelle et doit faire l'objet d'une enquête sociale.

Les demandes doivent être formulées auprès de la Cnav par l'intermédiaire d'un travailleur social (assistante sociale ou conseillère en économie sociale familiale).

Si vous rencontrez des difficultés financières, contactez l'assistant social polyvalent de secteur intervenant sur votre lieu de résidence (coordonnées auprès de votre mairie ou du centre d'action sanitaire et sociale de votre commune).

     Conseil Général :

  • APA

L’allocation personnalisée d’autonomie (APA) s’adresse à l’ensemble des personnes âgées dépendantes ou en perte d’autonomie. Elle a pour but de leur permettre de recourir aux aides aux personnes âgées dont elles ont besoin pour accomplir les actes de la vie courante (se déplacer, se nourrir, etc.). Elle permet également de veiller aux personnes ayant besoin d’une surveillance régulière. (Sous condition de ressources) 

L’aide ménagère permet au (à la) bénéficiaire de demeurer à son domicile. Elle apporte, après évaluation du besoin, une aide sous la forme de : 
services ménagers, assurés par une personne employée par un organisme agréé ; 
ou versement en espèces permettant de rémunérer une personne intervenant à domicile (s’il n’en existe pas dans la commune). Le nombre d’heures de services ménagers susceptible accordé en nature est au maximum de 30 h par mois.

Toute personne résidant en Seine Saint-Denis depuis plus de 3 mois, âgée de 65 ans et plus, ou de plus de 60 ans reconnue inapte au travail et ne disposant pas de ressources supérieures au plafond du minimum vieillesse.

Au Centre Communal d’Action Sociale (C.C.A.S.) et / ou au service social de sa commune. Avoir, préalablement, fait une d’Allocation Départementale Personnalisée d’Autonomie (A.D.P.A.) ayant abouti à un rejet au motif d’un classement en GIR 5 à 6 ; Retrait et dépôt du dossier, avec toutes les pièces justificatives nécessaires, auprès du C.C.A.S.

  • L'aide ménagère à domicile : 

Le conseil départemental peut verser une aide sociale aux personnes qui ne bénéficient pas de l’APA : l’aide-ménagère à domicile. Cette aide finance les interventions d’une aide à domicile. Elle est attribuée sous condition de ressources.

Pour bénéficier de l'aide-ménagère à domicile, il faut :

  • être âgé d'au moins 65 ans (ou 60 ans pour les personnes reconnues inaptes au travail) ;
  • avoir des difficultés pour accomplir les principales tâches ménagères ;
  • ne pas bénéficier de l'APA (allocation personnalisée d'autonomie) et ne pas pouvoir en bénéficier ;
  • avoir des ressources mensuelles inférieures à 801 € pour une personne seule et à 1 243 € pour un couple.

Le montant de l’aide est calculé en fonction des revenus.

Une participation financière peut être demandée au bénéficiaire. Le montant de cette participation financière est fixé par le conseil départemental qui verse l’aide sociale.

La demande d'aide sociale départementale se fait auprès du CCAS (centre communal d’action sociale) ou de la mairie.

L’aide est versée directement au service d’aide à domicile choisi par la personne. Ce service à domicile doit être habilité à l’aide sociale par le conseil départemental.

Une somme d’argent peut être versée directement à la personne :

  • s'il n'existe pas de service d’aide à domicile dans sa commune,
  • si la personne préfère avoir recours à un salarié qu'elle emploie elle-même.

En ce cas, la personne doit présenter les justificatifs de dépense des montants perçus.

L’aide-ménagère est une aide sociale pour les personnes âgées et constitue une avance du conseil départemental. Elle est récupérable sur succession.

Le conseil départemental peut récupérer les sommes avancées sur la succession de la personne âgée si la succession est supérieure à 46 000 €.

Si vous ne pouvez pas bénéficier de l’aide-ménagère à domicile ni de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie), vous pouvez vous rapprocher de votre caisse de retraite. 

     Téléassitance :   

Pour renforcer la sécurité des personnes en situation de fragilité ou d’isolement, le Conseil général met à leur disposition un service de téléassistance.

Ce dispositif a été mis en place depuis de nombreuses années pour renforcer la sécurité des personnes en situation de fragilité ou d’isolement. La téléassistance consiste à mettre à disposition des bénéficiaires un matériel leur permettant d’être connecté à une centrale de veille qui réceptionne leurs appels.

     Chèque taxi :

Cette allocation est à destination des personnes âgées ou handicapées à faible mobilité, dont les besoins en déplacements sont limités sur une année, et qui ne peuvent plus emprunter les transports en commun en raison de leur état de santé ou handicap éventuel.

C’est une allocation d’un montant annuel de 182,94 € versée par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, sur votre compte bancaire.

Cette allocation vous aide à payer vos déplacements quand vous utilisez : 
Les taxis ; Les services de transports adaptés aux personnes âgées et aux personnes handicapées mis en place par les communes ou les associations.

Il vous suffit de conserver ces reçus à hauteur de la somme de 182,94 € qui a été précédemment versée sur votre compte bancaire car ces reçus vous serviront de justificatifs pour renouveler votre demande de chèque taxi l’année suivante.

       Le service de transport « PAM 93 » si vous êtes titulaire d’une carte d’invalidité d’au moins 80%. 

Resider dans le département de la Seine-Saint-Denis depuis au moins un an ; 
Etre une personne âgée d’au moins 60 ans qui n’exerce pas d’activité professionnelle et qui n’est pas imposable sur le revenu ; Ou être une personne qui possède le statut d’ancien combattant ou le statut de veuve de guerre, sous condition d’être âgé au moins de 65 ans ; Ou être une personne bénéficiaire de l’allocation adulte handicapé ou d’une pension d’invalidité de deuxième ou troisième catégorie ou d’une rente d’accident du travail ou d’une rente pour maladie professionnelle avec un taux d’incapacité au travail d’au moins 66 % ; ne pas bénéficier de la carte Améthyste.

     Retraite complémentaire :

À certains moments importants de la vie familiale, un coup de pouce est  souvent le bienvenu. Des aides sous conditions sont  prévues :

 CESU maternité pour profiter de services à l’occasion d’une naissance ou d’une adoption

 CESU décès pour bénéficier d’aides à domicile le temps de s’organiser 

Les institutions Arrco participent pour 10 % au financement des heures d'aide ménagère accordées par les CRAM dans le cadre de l’action sociale coordonnée. Sur justification, elles peuvent également accorder un complément d'heures.

Les institutions Agirc peuvent financer sur demande et sur critères sociaux des heures d’aide ménagère.

Les institutions Agirc peuvent financer sur demandes et critères sociaux des travaux d’amélioration de l’habitat.

Les institutions Arrco financent sous conditions, 30 % des travaux d'amélioration de l'habitat, notamment pour l'adaptation au handicap en collaboration avec les CRAM.(caisse régionale d’assurance maladie)

Bouger c'est vivre … Sortir de chez soi, c'est garder un lien avec la société. Expérimentée sur quelques départements, cette action est en cours de généralisation progressive.

Elle consiste à permettre aux personnes âgées de plus de 80 ans et à mobilité réduite, de sortir de chez elles par le financement d’une prestation de transport accompagner. Des actions sont également initiées par les institutions en direction des aidants familiaux. Les informations présentées ici le sont à titre indicatif et sont susceptibles de, modifications ou d'évolutions. Elles vous permettront d'en savoir plus sur chacune des aides.

     Le CCAS : Centre Communal D'Action Sociale 

Les différents types d’aides

Les CCAS combinent plusieurs systèmes d’aides comme la réglementation les y autorise :

  • Prestations en espèces

Remboursables ou non prestations en nature (article R.123-2 du casf). Alors que le terme « prêt » est souvent utilisé pour désigner des prestations remboursables, les aides d’urgence ( ou secours) des autres aides, sachant que les unes et les autres peuvent être, notamment, cumulables selon des critères propres à chaque établissement public. Un plafond annuel à ne pas dépasser peut être institué ( par personne ou foyer), les ressources des Ccas étant, d’un point de vue service et vous orienter. 

  • Les secours d’urgence

Accordés dans le cadre de l’urgence, de manière ponctuelle (généralement, les CCAS fixent un plafond annuel des secours, pour faire face aux dépenses de première nécessité (alimentaire, hygiène, énergie…).

Ces aides constituent une sorte de « soupape de sécurité » nécessaire parmi un panel d’aides spécialisées.

  • Les aides (renouvelables) 

Accordées hors impératif absolu d’urgence, ces aides permettent à des personnes ou à des familles en précarité, confrontées à des difficultés majeures ponctuelles, de faire face à une lourde dépense, exceptionnelle, de pallier aux dysfonctionnements de l’administration... Toutefois, l’objectif de prévention des situations à risque et d’insertion est sous-jacent dans la rédaction d’un certain nombre de règlements d’attribution des aides.

Les aides apportées doivent prioritairement favoriser l’insertion des personnes en soutenant leurs démarches liées à la formation, au maintien de l’activité professionnelle ou à la recherche d’emploi, à la mobilité.

  • Les prêts ou avances remboursables

Il faut tout d’abord distinguer les prêts des CCAS des micros crédits personnels. Ces derniers, de plus en plus proposés par les CCAS, font L’objet d’une instruction et d’un suivi par le CCAS mais sont octroyés par un partenaire financier extérieur (banque ou établissement de crédit).

Les « prêts sociaux » spécifiques désignent quant à eux des avances remboursables dédiées à un objet précis accordées par les CCAS après un examen du dossier en commission d’attribution ou en conseil d’administration. Grâce à leurs montants, généralement supérieurs aux secours et aides qu’ils soient ou non remboursables, et à leur taux généralement fixé à 0 %, ils peuvent constituer une alternative au crédit à la consommation et ainsi contribuer à la prévention des situations de surendettement.

Une délibération du conseil d’administration ou l’arrêté du président ou du vice-président, si l’un ou l’autre a reçu délégation de pouvoir du conseil d’administration, devra en préciser les modalités.

Celles-ci pourront ensuite être inscrites dans une convention conclue entre le CCAS et le bénéficiaire du prêt :

- montant du prêt,

- motif d’attribution (notamment, la dépense qu’il est destiné à couvrir),

- nature du remboursement (espèce, chèque, auprès de l’agent comptable ou d’un régisseur),

- montant des remboursements,

- échéancier des remboursements (mensuel, trimestriel…),

- modalités de révision des conditions du prêt en cas de modification de la situation de l’intéressé (allongement de la durée de remboursement et diminution du montant des remboursements ou, à l’inverse, remboursement dans des délais plus courts ou augmentation du montant des mensualités), - conditions de la transformation éventuelle du prêt en secours.

Les différentes formes d’aides :

Quel que soit le type d’aide, les CCAS les attribuent sous différentes formes afin de pouvoir s’adapter aux besoins des demandeurs, mais aussi de répondre avec réactivité.

  1. Aides en espèces : sous forme de chèque ou en liquide, il s’agit d’une forme d’aide fréquemment utilisée ;
  2. Règlement direct des créanciers : utilisé pour des frais de cantine, obsèques, énergie, mutuelles, loisirs, nuitée en hôtel… ;
  3. Aides en nature : utilisées essentiellement pour l’alimentation, l’hygiène et le logement (colis alimentaires, vêtements, mobiliers…) ;
  4. Bons d’achat : ils permettent l’achat d’aliments et de produits d’hygiène de première nécessité auprès des magasins de grande distribution acceptant ces bons ;  Chèques d’accompagnement personnalisé (CAP)           

Ces titres de paiement sont utilisés en matière d’alimentation, d’hygiène, d’habillement, de transport et de loisir ; Dispositifs de tarification : il s’agit de tarifs préférentiels (d’un montant relativement faible) pour obtenir un abonnement de transport, accéder à une activité culturelle/sportive, à la restauration scolaire…

 

     Anah ( agence nationale de l'habitat ) : 

Vous êtes un propriétaire, occupant ou bailleur, l'Anah vous aide à rénover votre logement.

Vous êtes propriétaire d'un appartement ou d'une maison et vous y habitez. Mais ce logement est en mauvais état, difficile à chauffer ou mal adapté à votre handicap. Vous pouvez aussi souhaiter anticiper des travaux nécessaires pour vieillir confortablement chez vous.

Vous avez un projet d'investissement locatif ou vous êtes propriétaire d'un appartement ou d'une maison que vous avez mis en location. Afin de valoriser votre bien, vous souhaitez le rénover. Vous pouvez bénéficier d'aides de l'Anah et obtenir une déduction fiscale importante sur vos revenus fonciers bruts. En contrepartie, vous vous engagez à proposer votre bien à un loyer abordable à des locataires de ressources modestes.

L'Agence Nationale de l'Habitat (Anah) vous aide à financer ces travaux et vous accompagne dans votre projet.

     Soliha (pack est parisien ): 

Face aux évolutions de la société française, nos actions sont orientées vers la mise en œuvre de projets d'adaptation du logement pour les personnes âgées et/ou handicapées et la mise en accessibilité du cadre bâti, de la voirie et des espaces publics. Pour cela, des missions diverses et spécialisées ont été créées. Elles sont réalisées par une équipe pluridisciplinaire composée d'ergothérapeutes, chargés d'études en accessibilité, techniciens et conseillères habitat qui mettent en synergie leurs compétences au service des particuliers, des bailleurs sociaux et des collectivités locales.

De plus, cette équipe de spécialistes forme, depuis quelques années maintenant, différents types de publics à cette thématique particulière qu'est l'habitat adapté; vous trouverez au sein des ateliers des notions sur les gestes et postures, sur les trucs et astuces pour un logement pratique, sur l'accessibilité... L'équipe s'adaptant aux demandes de chacun, n'hésitez pas à prendre contact.

     Fondation Leroy Merlin 

 Les collaborateurs de Leroy Merlin sont à votre écoute. Lorsque vous leur soumettrez votre projet, ils commenceront par s'assurer que celui-ci s'inscrit dans les critères d'accompagnement de la Fondation: améliorer l'habitat d'une personne en situation de handicap ou de perte d'autonomie. Ils vous aideront ensuite à constituer un dossier complet que vous soumettrez ensemble à la Fondation.

Quel que soit votre projet, la première étape consiste à prendre contact avec l'un des 20 000 collaborateurs de Leroy Merlin France , répartis dans les magasins et services internes du siège de l'entreprise. Eux seuls sont habilités à vous accompagner dans votre projet et à le relayer auprès de la Fondation.                                                                               

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. daniel gnakpa kpehi 27/11/2018

je suis un assuré de du regime general de la sécurité sociale et j'ai besoin de l'aide à cause de ma santé et de ma condition de vie difficile. je survie car je touche 25 euros par mois non reguliers

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site